DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Supertrump



Christiane Chavane hillary de bon coeur !



La seule qu'on regrettera
La seule qu'on regrettera
HILLARY TRUMPEE ET BATTUE

La gauche américaine ressemble de plus en plus à la nôtre. Les idiots utiles enrégimentés par l’oligarchie de la finance et de l’industrie de connivence manifestent parfois violemment, refusant le suffrage universel – la vox populi - qui a donné gagnant celui qu’ils n’attendaient pas. La grande différence avec la France, c’est qu’aux USA, un outsider du système politique peut être investi par un grand parti à l’issue des primaires, et même si la presse le traîne dans la boue, il peut gagner ! C’est une belle leçon de démocratie. Il est inacceptable que l’on refuse le scrutin et qu’on fasse un second tour dans la rue. Il est invraisemblable que la presse en fasse des montagnes alors que seulement 300 à 400 activistes manifestaient hier à New York, et 1000 étudiants à Los Angeles, chiffres ridiculement négligeables.

Les élites autoproclamées traitent avec mépris le vote « populiste » qui aurait envoyé Trump à la Maison Blanche. Les sans-dents, de leur point de vue, sont trop stupides et trop peu éduqués pour bien voter. Or la démocratie est bien le pouvoir du peuple. Ce n’est pas celui de quelques profiteurs qui veillent avant tout à leurs propres intérêts, et qui se font élire par défaut en verrouillant le système politique.

Trump, qui veut baisser les impôts pour tous et en particulier l’IS pour réindustrialiser les USA, est-il plus « populiste » que les démagogues qui promettent des lendemains qui chantent ? Est-il plus démagogue que ceux qui veulent punir les « riches » et les « vilains patrons » par ailleurs sommés d’embaucher, comme si l’on engageait des gens par philanthropie, sans besoin réel et sans moyen de les payer ?


MARINE ET JEAN LUC

Nos deux « populistes » de service » se réjouissent. Ils se voient déjà au second tour de la présidentielle de 2017 et y seront peut-être, tant les Français désinformés croient que Trump est un Le Pen Américain.

Or rien n’est plus faux. Trump est dans son genre un anti-le Pen. Il veut dégraisser l’administration quand nos deux extrême-gauchistes économiques veulent industrialiser la France par nationalisation et étatisation et par un grand Plan industriel qui vaut ce que valent tous les plans soviétiques. Il veut rendre à l’Amérique la liberté d’entreprendre. Il s’oppose au TAFTA qui vu de loin semble une usine à gaz, non par haine du libre-échange, mais parce que le libre-échange implique que chacun des partenaires joue avec les mêmes règles. Trump est un entrepreneur, un bâtisseur, alors que nos deux soi-disant anti système sont des politiciens professionnels complètement intégrés au système, dont ils vivent !


ONFRAY MIEUX DE SE TAIRE

Le comble de la mauvaise foi a été atteint avec un article de Michel Onfray, dénigrant le discours de Trump lorsque les résultats sont tombés. Il aurait fait un discours insipide, remerciant toute sa famille, ce qui démontrerait qu’il est incapable d’endosser son rôle de chef d’état.

Monsieur Onfray devrait prendre des cours d’anglais. En effet au moment des résultats, Trump était dans son QG de campagne avec ses militants. Il a bien remercié sa famille, mais aussi tous ceux qui ont œuvré pour lui et ont participé à sa victoire. Il a précisé « c’est notre victoire » à tous. Il a ajouté qu’il serait le président de tous les Américains et pas seulement des républicains. Qu’aurait-il dû dire de plus ? Est-ce moins bien que le bain de foule d’un président de la France juste élu au milieu de drapeaux algériens ? Est-ce moins bien que la réaction de son prédécesseur à la présidence française, qui fut de courir dîner dans un restaurant huppé avec ses donateurs afin de se répartir le butin ?

Dimanche 13 Novembre 2016
Serge Federbusch






1.Posté par Roger le 14/11/2016 10:42
Enfin quelqu'un qui ose appeler un chat un chat, malgré les médias qui insistent pour cataloguer le FN à l'extrême droite alors que son programme économique se situe à l'extrême gauche.

2.Posté par Parigot le 15/11/2016 15:57
Eh oui, pour les libéraux-libertaires, quand le peuple vote mal, il faut changer le peuple! C'est ça la démocratie pour eux!

3.Posté par Challier le 16/11/2016 18:04
Changer le peuple qui ne convient pas, c'est Marx !
Et la liberté pour ces gens-là, c'est le renard libre dans le poulailler libre (Joseph Proudhon au 19ème siècle).
Miaouououou !

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes