DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Travail conjugal à la Fillon ou revenu universel façon Hamon : la France innove !




Votre nouveau pot aux roses !



1 – Dépôt de bilan

Mai 2012 : 4 888 260 chômeurs toutes catégories.

Décembre 2016 : 6 319 840 chômeurs toutes catégories.

Bilan de l’inversion de la courbe : presque 30 % de chômeurs en plus selon Pôle emploi.

Tout le reste est littérature.



2 - Petites affaires de famille

La polémique sur les travaux de Pénélope, qui ne furent pas ceux d’Hercule à croire le Canard enchaîné, nous rappelle la détestable habitude des politiciens français d’arrondir leurs fins de mois familiales en employant leurs proches.

Dans le cas précis de Fillon, les déclarations de son épouse sur le fait qu’elle ne participait pas aux activités politiques de son mari et plus encore un emploi à la Revue des deux mondes que son directeur même ignorait auront du mal à passer !

Fillon n’a plus qu’à compter sur la fidélité de son électorat et l’accoutumance perverse des Français au côté obscur de leur vie politique. N’avouez jamais, ne démissionnez jamais, enseignait jadis Mitterrand à ses pairs …

Après tout, qui s’est soucié de demander à Anne Hidalgo ce qu’elle faisait vraiment pendant les dix années où elle était censée œuvrer à l’Inspection du travail et où elle cumulait parallèlement les lourdes charges de premier adjoint au maire de Paris et de conseiller régional, sans compter ses fonctions au PS ? Personne, sauf votre serviteur sur Atlantico et Delanopolis.

On attend toujours les enquêtes du Canard enchaîné à ce sujet …




3 – Le hamonisme, stade terminal du socialisme

Osons immodestement corriger le grand, l’immense Spinoza. Contrairement à ce que disait le sage d’Amsterdam, l’essence de toute chose n’est pas son « conatus », son effort pour persévérer dans son être. Quand il s’agit de socialisme, elle est de s’anéantir dans l’absurde.

Voilà donc Benoît Hamon en passe de remporter les primaires de la belle mésalliance populaire. Son projet ? Ecraser les actifs pour financer l’assistanat généralisé, taxer les robots – du moins ceux qui ne peuvent prendre leurs roues et boulons à leurs cous -, accueillir généreusement les migrants pour les faire bénéficier de tous ces bienfaits et parfumer l’air ambiant d’une âcre odeur de cannabis. Le paradis de la gauche ne saurait être qu’artificiel. Que les cadres de Solférino planquent leur moquette : elle sera bientôt fumée par leur nouveau chef.

Dans les bars à chicha où se réuniront alors les sections du parti, les femmes seront-elles tolérées ? N’oublions pas qu’Hamon mettait leur absence de certains établissements de Seine-Saint-Denis sur le compte de traditions pour lesquelles il avait de la mansuétude. « Le problème c'est que quand vous faites en France plus souvent l'expérience de l'inégalité que de l'égalité, de la contrainte que de la fraternité, vous vous dites à un moment, même quand vous avez eu un parcours remarquable qui a respecté toutes les lois, vous vous dites : vivre ensemble en France, ça ne marche pas, donc je choisis l'entre soi … Arrêtons de créer des guerres tout le temps. Oui, il y a des problèmes, mais ce n'est pas en jetant l'opprobre systématiquement qu'on arrivera à les résoudre ».

Bref, selon Hamon, le vivre-ensemble a un prix : les habitantes de Sevran sont priées de baisser la tête et d’y éviter pour le moment la fréquentation des bistrots. Voilà le triste sire qu’un électorat socialiste en voie de volatilisation a décidé de mettre en avant pour diriger le pays. On savourera particulièrement la promesse du revenu universel en rappelant qu’Hamon et les siens votaient des deux mains il y a peu la mise sous condition de ressources des allocations familiales qui, précisément, étaient auparavant universelles en ne tenant compte que du nombre d’enfants.

Il est vrai que les dires d’Hamon comportent une bonne part de rouerie. Il n’appliquera sa mesure qu’aux moins de 25 ans puis renverra sa généralisation, dit-il, à une grande conférence. Cela étant, la boîte de Pandore sera ouverte et, comme pour les 35 heures, il lui serait impossible d’en refuser l’application intégrale.

Mieux vaut se taire que proférer des absurdités : c’est ce que doit penser Macron en se frottant les mains. Il aurait grand tort car la radicalisation par l’absurde d’une part importante de l’électorat de gauche lui rendra les désistements très difficiles, que ce soit au deuxième tour de la présidentielle si par extraordinaire il y parvenait qu’aux législatives s’il investissait des candidats.
Le projet de Hamon est une sorte de programme commun entre communistes, communistes et communistes. En neutralisant ainsi un cinquième du corps électoral, la gauche va paradoxalement vivre ce que vit la droite depuis trente ans avec le Front national. La percée de Hamon va renforcer l’immobilisme centriste et technocratique dans lequel patauge la vie politique française.

De toute façon, la complaisance des socialistes pour le fascisme coranique lui interdira tout retour au pouvoir tant que ce sujet sera au cœur du débat public, c’est-à-dire pour les décennies qui viennent.


4 – Merkel : warum ?

Après Sarkozy en 2007 et Hollande en 2012, Fillon a fait le voyage de Berlin, cette fois sans même attendre d’être élu.
Outre que cet empressement ne rend pas très crédible le message de fermeté que la France devrait avoir vis-à-vis d’une Allemagne qui vampirise les activités industrielles en Europe, il s’agit d’un mauvais calcul.

En effet, la plus grande surprise politique de 2017, équivalente à celle que le Brexit ou l’élection de Trump ont fait aux prévisionnistes bien-pensants, pourrait être une défaite cuisante du parti de Merkel lors des législatives de 24 septembre prochain. Après Cologne et Berlin, il est tout à fait possible en effet que l’AFD, le parti anti-immigration, connaisse une très forte poussée.

Ce camouflet pour Merkel entraînerait son retrait ainsi que la nécessité d’une alliance entre Verts, Sociaux-démocrates et CDU où aucun partenaire ne serait dominant. Non pas une grande coalition donc, mais une molle coalition.

Une Allemagne difficilement gouvernable, tenue à beaucoup plus de dureté vis-à-vis de ses partenaires comme des migrants : voilà ce qui attend le futur gouvernement français. Dans ces conditions, une prudente distance s’impose …


Mercredi 25 Janvier 2017
Serge Federbusch






1.Posté par Béret vert le 25/01/2017 15:38
"Le paradis de la gauche ne saurait être qu’artificiel. ". Très bon...
Au sujet des femmes dans les café, je me suis replongé dans "Le voyage en France", (Coll.Bouquins-Editions Robert Laffont), une anthologie des voyageurs européens en France, du Moyen-âge à la fin de l'Empire, élaborée à partir de carnets de route, de récits littéraires et autres, une des choses qui a frappé les visiteurs est l'omniprésence des femmes françaises dans l'espace public et les activités de tous ordres.
Si les paysannes y sont généralement décrites comme des bêtes de somme et les aristocrates des femmes de belle prestance, le tableau général fourmille de descriptions de la française ultra-dégourdie, présente en toutes occasions et sachant autant se faire respecter par son mari, son amant et ses voisins. La présence féminine de tous âges est absolument documentée dans les auberges, les cafés et dans la rue et il n'y a aucune difficulté à engager la conversation avec ces dames.
Bref, cela cadre assez mal avec la vision de notre ex-étudiant en Histoire, Benoît H, qui ferait bien de visiter les classiques de toute urgence.

2.Posté par Parisien le 25/01/2017 17:41
Hollande a bien inversé la courbe du chomage. Peu avant son arrivée elle était sur une trajectoire décroissante, depuis elle n'a fait que s'élever vers des cimes!

Fillon a bien appris de Chirac qui avait plus qu'utilsé les emplois fictifs pour ses potes. L'élève a dépassé le maître en en faisant profiter sa moitié. Comme il apprend vite, qu'a-t-il retenu des leçons de Sarko? Il va falloir trouver un bon bougre comme Juppé pour éponger à sa place! Appel à candidature?

3.Posté par Maurice le 26/01/2017 07:20
Des élus qui emploient des personnes de la famille est un grand classique tout comme l’est la famille sur les listes électorales à des places électives, qui une fois élu sont des adjoints avec indemnités à la clef.
Il faut qu’il y ait un grand coup de balai dans ce marigot politique !
Les élus doivent pouvoir être virés s’ils ne font pas ce pour quoi ils ont été élus, un ouvrier l’est s’il ne correspond pas à ses dires, un élu doit l’être aussi, n’est-ce pas ça l’égalité ?

4.Posté par bouquiniste1 le 26/01/2017 13:38
@MAURICE le soucis c est qu il n y a aucun interdit , tu as la meme chose avec les artisants les commercants qui emplois leur famille apres on ne les voie pas forcement , donc je pense que cela sra tres difficile a prouver que c est un emploi fictif

5.Posté par Maurice le 27/01/2017 19:42
Où ai-je dis que l'emploi de la femme de Fillon était fictif ?
De plus, un interdit ne servirait à rien du tout car ils erait très facile à contourner !
Il suffirait de faire employer sa femme, son fils, sa fille, ou tout autre personne, par un collègue élu qui lui ferait de même et roule ma poule ceux qui chercherait ne trouveraient rien. (ça a été démontré par un analyste politique)
Les artisans, commerçants, et autres qui emploi des personnes de la famille ne les paient que très rarement, c'est d'ailleurs là un gros problème lorsque des ennuis arrivent.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes