DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Valls : par ici la sortie !



Un article de Serge Federbusch pour Atlantico



Valls : qu’a fait Society ?


Non, ce n’est pas le titre du énième Woody Allen bientôt sur les écrans, mais la dernière intrusion du Premier ministre dans la presse branchée, dans Society, ce «quinzomadaire» qui se gobergeait de la stratégie de François Hollande pour contrer le Front national trois jours avant les massacres islamistes de novembre dernier. On a les priorités et les ennemis qu’on peut ...

«Medium is message» écrivait Marshall McLuhan, anticipant l’emphase médiatique contemporaine. En choisissant Society pour sa simili auto-critique, Valls abat déjà ses cartes et montre quel public il vise : celui des bobos qui feront l’opinion de gauche dans les années qui viennent, une fois refermée la parenthèse Hollande.

Quelle est en effet la technique, la ficelle utilisée par Valls ? Il s’agit sous couvert d’un mea culpa de se démarquer des erreurs commises depuis quatre ans pour faire comprendre, qu’au fond, arrivé à Matignon il y a deux ans, il n’est pas le décideur ultime et que, si d’aventure il le devenait, les choses se passeraient différemment. Bref, un exercice de sincérité politique trop beau pour être honnête qui consiste, en faisant semblant d’assumer ses responsabilités, à refiler la patate chaude à un président diminué.

Valls sait qu’Hollande fera tout pour se représenter et il se méfie de Macron qui pourrait tenter lui aussi l’aventure. Comme il y aura d’autres candidatures de gauche, Valls pense que l’affaire est perdue pour lui comme pour les autres en 2017 et il joue clairement le coup d’après.

Que reproche-t-il donc à la gauche et à son propre gouvernement dans cet exercice d’autocritique contrefait ? Essentiellement d’avoir sous-estimé le raidissement identitaire qui parcourt la société française, chez les musulmans comme chez ceux qui supportent de moins en moins bien leur affirmation communautaire. Le chemin de Valls est alors tracé : la droite va sans doute revenir au pouvoir mais elle échouera sur ce sujet ; le peuple se tournera alors vers celui qui, à gauche, sera capable d’affronter le péril islamiste tout en donnant l’impression qu’il respecte encore vaguement la doxa germanopratine du vivre-ensemble.

Histoire d’inquiéter immédiatement ces bien pensants, il leur signifie au passage que le Front national est d’ores et déjà aux portes du pouvoir. Une masse apeurée, c’est toujours bon à prendre pour un homme fort ou qui prétend le devenir.

Valls ajoute un court passage sur la méthode de gouvernement, regrettant par exemple le tempo de la loi El Khomry. L’exercice est curieux si l’on veut bien prendre au sérieux le sujet traité par cette réforme, à savoir la rigidité absurde du droit du travail français, contreproductive et créatrice de chômage.

Quel qu’ait pu être le moment d’engager ce texte, les frondeurs et gauchistes l’auraient en effet toujours combattu. Réduire ces difficultés à une question de présentation, c’est faire semblant de ne pas comprendre la crispation idéologique de larges fractions de l’électorat de gauche. L’Etat providence qui les protège et qu’ils adulent est désormais frappé d’obsolescence. Ils refusent de l’admettre et il faudra un jour les affronter, ce que Valls pas plus qu’Hollande n’oseront faire.


En définitive, si Valls a en partie échoué, c’est dit-il parce qu’il a sous-estimé la dureté des temps et les crispations des Français. Bref, c’est un peu sa faute et beaucoup celle des autres, de tous les autres, qui ne font rien qu’à être méchant avec lui. Na !

Une fois de plus, Valls a montré qu’il place la communication au coeur de sa conception du pouvoir, de sa réussite comme de ses échecs. Mais ceux qui menacent la France se moquent de plus en plus des questions de communication. C’est c’est en cela que réside son erreur bien plus que dans des griefs artificiels.

Samedi 30 Avril 2016
Serge Federbusch






1.Posté par stal19e le 08/05/2016 11:29
Valls est entièrement responsable de la situation en France, il a été de tous les gouvernements hollandais , comme ministre de l intérieur dans un premier temps avec une répression féroce et jamais atteinte contre les manifestants de la loi mariage pour tous . Il faisait gazer à la lacrymo les bébés dans les poussettes , les femmes enceintes sur les champs élysées , tout y passait et avec une brutalité sans mesure en comparaison de la complaisance dont il fait preuve concernant les casseurs dans les rues de Paris en ce moment . Ils ont carte blanche les casseurs .

Valls pas un bon à rien ,mais un mauvais en tout ,voila son problème . Explosion du chômage , de la dette, des impôts et taxes en tout genre jusqu'à fiscaliser les mutuelles des travailleurs ,explosion de la baisse du pouvoir d'achat; explosion de l'insécurité , explosion du communautarisme , explosion de l'immigration illégale , voilà le bilan de monsieur Valls et son gouvernement auquel il faut ajouter les frasques vallsienne comme l'utilisation d'un jet de la république pour transporter sa petite famille pour une soirée soirée football pour aller non pas applaudir le psg mais le barca . tout est dit .

Et comme hollande à "" griller "" les chances de valls il a envoyer le sous marin Macron .

Au fait que devient la copine de hollande, notre chère Léonarda?.

2.Posté par Plombier paris le 10/05/2016 18:10

3.Posté par Jean-Louis Plomberie le 07/10/2016 11:47
un très bon article bien rédiger
http://www.paris-plombier-11.com/fuite

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes