DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

Vaudou


La fondation Cartier réalise à titre posthume le rêve de Jacques Kerchache d'une grande exposition sur l'art vaudou chez les Fon du Bénin. Le résultat est remarquable et rappelle au passage la personnalité énigmatique et attachante de Kerchache.



Vaudou
Mise en valeur par une scénographie épurée de l'Italien Enzo Mari, les oeuvres nées des pratiques vaudou charment par leur complexité, leur mystère, leur caractère un peu aléatoire, la multiplicité des intentions qui les ont investies.

La pensée magique voit des desseins, des complots et des volontés partout. Autant son art est brut, autant sa conception du monde est paranoïaque : les choses ne sont jamais des états de fait mais toujours des résultats prémédités par une puissance occulte qu'il faut circonvenir ou amadouer. On tisse alors avec elles des liens de cordages et on les abreuve de sang ritualisé.

Certains pièces sont tout à fait étonnantes et c'est un grand plaisir d'en voir pareille accumulation, surtout dans le sous-sol de la Fondation où elles sont alignées comme une armée de l'ombre.

Des films projetés nous montrent celui qui fut le dénicheur et l'heureux propriétaire de toutes ces oeuvres : feu Jacques Kerchache, qui s'y intéressa alors que le goût des collectionneurs était tourné vers des figures de facture plus classique et plus proches de l'esthétique occidentale.

Kerchache, collectionneur et marchand assez baroudeur force un peu sur les allures de mystère, sous-entendant être initié aux rites des sociétés les plus secrètes d'Afrique et avoir découvert ce qu'aucun autre Blanc avant lui ne savait. Il est un peu moins disert sur la manière dont il s'est procuré ces oeuvres qu'il présente comme des trésors sacrés de villages, de familles et d'ethnies qui ne voulaient même pas les montrer à des étrangers. Mais c'est sans doute comme cela qu'on construit les légendes, dans un processus narratif commun à toutes les civilisations, "blanches" ou "noires".

Samedi 30 Avril 2011
Serge Federbusch






1.Posté par Adhemar Dupont le 11/11/2011 22:29
D'accord avec vous sur peu, surtout, sur le monsieur qui nous a coûté fort cher...
Les ainsi FON FON du Bénin ( DAHOMEY !) et leurs cousins du Togo...
Vous voulez savoir comment on se procure ce patrimoine ?
Pour la huitième fois, la BAAF (Basel Ancient Art Fair), s’est tenue début novembre...
Une vingtaine d’exposants internationaux, dont des Français, se sont ainsi retrouvés à Riehen, commune bâloise, où siège la Fondation Beyeler qui abrite une superbe collection d’art contemporain.
Ces marchands sont venus y vendre vases grecs, statuettes égyptiennes, etc.
Ceci fut à peine médiatisé… et surtout pas par la presse française.
Apparemment, les ventes d’objets archéologiques sont plus discrètes encore que les ventes d’armes. Lancées puis dissoutes, reportées et déplacées..
ETC.
CQFD


Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes