DELANOPOLIS
Revenir à l'accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte | Partager

YAMASÉCU KADERATÉ MÉ FOPALATOUCHÉ


Christiane Chavane commence l'année en toute sécurité !

Et présente ses meilleurs vœux à tous les lecteurs du Delanopolis.

Que l’année vous soit propice et réalise vos souhaits !

C’est assez bien parti pour être une année de grands bouleversements. Faisons en sorte que ces bouleversements politiques et économiques qui agitent la planète en général et la France en particulier soient positifs.

Pour avoir une bonne récolte 2017 il faudra séparer le bon grain de l’ivraie. La fin 2016 a montré la voie. Grâce à la grande sagacité des delanopolistes, le bon sens vaincra. Le mot Liberté écrit en premier sur le fronton de nos mairies retrouvera sa signification.



Pour ceux qui ne comprennent pas le Japonais, je traduis : tout ce que la France compte de donneurs de leçons et de défenseurs des sévices publics les meilleurs du monde, qu’on nous envie partout sans les copier, sont au garde-à-vous. De droite, de gauche, du centre, des extrêmes… tous contre le projet Fillon. Notre système marche si bien et coûte si peu, on se demande vraiment pourquoi il faudrait le changer. Il y a même un aréopage de toubibs qui s’est indigné officiellement. Ce que je ne sais pas mais que je soupçonne c’est que les toubibs en question n’ont de libéral que le nom : ils font plutôt partie de cette oligarchie intouchable de mandarins des hôpitaux publics qui profite outrageusement du système. Les hauts fonctionnaires de la santé, en quelque sorte !

La SS française est la meilleure du monde, il n’y a aucun problème avec les hôpitaux, le trou est résorbé, les urgences urgentent sans soucis, le désert médical n’est qu’une vue de l’esprit et d’ailleurs Marraine Tournesol avait dit être en passe de maison de résoudre le problème. Alors pourquoi diable tant de petites entreprises bravent-elles l’état en essayant de quitter cette merveilleuse sécu ?

Il se trouve que j’ai fait l’acquisition, il y a de ça presque dix ans, d’une petite maison de vacances au bord de la mer, en Catalogne. L’Europe étant ce qu’elle est, j’ai dû ouvrir un compte bancaire sur place pour payer l’électricité, le téléphone, l’eau, les impôts locaux (300 euros/an), et autres petits frais. Il m’a aussi fallu l’assurer, et comme, contrairement aux migrants et aux délinquants, les assureurs n’ont pas le droit de traverser les frontières, aussi Schengen soient-elles, c’est ma banque locale qui m’assure.

Or, le banquier en question vient de me proposer une mutuelle santé au premier euro. Ce n’est pas d’actualité pour moi puisque je paie la SS en France et suis couverte par la mutuelle obligatoire de mon mari, mais ça m’a donné l’occasion de me renseigner. Contrairement à la France, l’Espagne suit les directives européennes, pas uniquement celles qui sont punitives mais aussi celles qui arrangent les citoyens. Il est donc tout à fait possible d ne pas cotiser à la SS locale, et de passer par une mutuelle privée. Celle qu’on me proposait avait différents tarifs correspondant à différents niveaux de prestations. Le « nec plus ultra » était une cotisation de 120 euros mensuels, qui remboursait tout intégralement. Le tarif le moins cher était à environ 40 euros pour des remboursements très basiques. Seule contrainte : aller chez les médecins conventionnés par la mutuelle.

Alors je me suis livrée à un petit calcul rapide : entre la SS et la mutuelle, mon mari et moi payons largement plus de 1200 euros MENSUELS ! Difficile de rentrer dans les détails du calcul mais c’est une estimation basse. Notre fils paie en outre 215 euros de SS étudiant par an et est couvert par notre mutuelle. Il faut ajouter à ça la CSG/CRDS sur les transactions financières même s’il s’agit de ventes et rachats dans le cadre de la saine gestion d’un portefeuille.

Alors ? Toujours envie de garder ce système ? Imaginez ce que nous pourrions faire en économisant 1200 – (2x120) = 960 euros PAR MOIS (hors CSG/CRDS)? Quant aux petits salaires qui paient beaucoup moins, leurs charges de SS sont déjà bien supérieures aux 40 euros mensuels du service de base.

Je ne sais pas si la réforme proposée par Fillon est la meilleure option, mais au lieu de crier au loup il serait plus intelligent de débattre des moyens possibles pour changer cette horreur ruineuse en profondeur. De la discussion jaillit la lumière, dit-on !

Ah j’oubliais : pas de désert médical en Catalogne : il y a dans les villages un peu importants un centre médical ouvert 24H/24. Les consultations se paient entre 30 et 40 euros selon la longueur et non 23.

Samedi 31 Décembre 2016
Serge Federbusch






1.Posté par Phil75 le 02/01/2017 08:29
Il faut toujours se méfier des comparaisons trop miraculeuses, surtout en matière d’assurance. Il ne faut pas raisonner uniquement en termes de prestations mais de risques couverts. Quid du risque accident du travail et maladie professionnelle ? Quid de l’équivalent des allocations familiales ? Quid du système de retraite ?

Ces assurances privées vous acceptent-elles si vous avez eu un cancer dans les trois dernières années ou si vous êtes séropositif ?

Quid des clauses du contrat que personne ne lit mais qui ne sont jamais en faveur des assurés ?

Ces tarifs s’adressent-ils à des salariés ou à des étrangers qui y séjournent sans y travailler ?

La très grande majorité des salariés espagnols restent fidèles à Insalud, qui est quelque chose qui ressemble plus au NHS britannique (auquel même Thatcher n’a pas osé toucher) qu’à notre Sécurité Sociale. Il doit bien y avoir une raison.

J’ai des amis expatriés (mais dans d’autres pays) qui me disent : attention, séjourner dans un pays pour ses vacances d’une part, y résider en permanence et y travailler, ce sont deux choses bien différentes.

La sécu française est aussi malade des multiples « exonérations de charge » qui ont été consenties, par les gouvernements de droite comme de gauche et dont l’efficacité en termes d’emploi n’a JAMAIS fait l’objet d’AUCUNE évaluation. Plus les taxes normalement destinées à la Sécu qui le lui sont pas reversées.

Il faut regarder aussi les frais de gestion, ce qu’a fait la Cour des comptes. Ceux de la Sécu ne sont pas si mauvais. Les véritables mutuelles ont des frais un peu plus élevés (vu qu’elles doivent aussi faire du commercial) mais les assureurs privés ont des frais beaucoup plus élevés (il faut alimenter des dirigeants et des actionnaires gloutons).

2.Posté par F451 le 02/01/2017 12:55
Il faut toujours se méfier des explications qui justifient un système obsolète et archaïque. (cf 75)

La petite france, habitée de pleutres, où la couardise et la jalousie sont notre étalon de valeurs. Ce système parfait de vivre-ensemblessque ne cesse d'étonner mou président devant l'absence de réaction de ce petit peuple harassé et tabassé de loi et de taxes, mitraillé puis humilié publiquement. Non, vraiment, je ne vois pas ce qu'il pourrait arriver de pire en 2017 ?!

3.Posté par Phil75 le 02/01/2017 18:25
Désolé je n'ai qu'une confiance très limitée envers les assureurs privés, certains de mes proches s'étant fait avoir (pour ne pas employer un autre verbe commençant par "b") par ces derniers. En cas de cambriolage, ne dit-on pas qu'on a toujours affaire à deux voleurs : son cambrioleur d'abord, et son assureur ensuite ?

4.Posté par Sémaphore le 02/01/2017 20:37
Les révoltés de la SS (dont je suis) ne demandent généralement pas autre chose que l'application des textes communautaires de l'UE qui prévoient une concurrence possible entre assurances maladies, étatique et privée(s).

Ce que ne permet pas dans les faits, l'Etat français bien qu'il lui ait fallu inscrire ces directives dans la législation nationale après moult atermoiements (ces directives datent tout de même de 1992).

Personnellement, peu me chaut que le SS-ophile qui imagine qu'il ne paie que sa cotise salariale (et qui n'a pas compris l'arnaque de présentation de la cotisation patronale, de la CSG et tutti-quanti sans parler des accises variées pour le financement SS) pour bénéficier de sa huitième merveille du monde veuille absolument continuer dans cette voie, du moment qu'il laisse ceux qui veulent se tromper (selon lui) tester d'autres moyens.

Les expatriés suisses et les travailleurs frontaliers français qui ont le choix possible de rester à la SS ne sont
guère plus que 5% du nombre, à vouloir y rester quand ils regardent les autres possibilités...

Pour ceux qui veulent un peu plus d'éclairage sur la SS, je conseille le blog d'Eric Verhaeghe "jusqu'ici tout va bien" qui est très instructif sur ce sujet...

5.Posté par Sémaphore le 02/01/2017 20:39
Il faut ajouter à ça la CSG/CRDS sur les transactions financières même s’il s’agit de ventes et rachats dans le cadre de la saine gestion d’un portefeuille.

Il ya aussi la CSG sur les revenus du travail à taux moindre, certes, mais pas nul...

6.Posté par Parisien le 05/01/2017 09:54
Et ce n'est pas tout: non contente de limiter ses remboursements et d'augmenter les cotisations, la SECU vient d'intervenir pour limiter le remboursement des mutuelles par la loi.
Petit rappel: un médecin conventionné peut être de secteur 1 (il applique les tarifs sécu) ou de secteur 2 (il applique son tarif avec un dépassement)
Une loi récente a créé le Contrat d'Accès aux Soins pour les praticiens du secteur 2. S'il signe le contrat, il modère ses dépassements et la loi autorise votre mutuelle à rembourser ce qu'elle veut (-1€). Mais si le praticien n'a pas signé le CAS, la loi interdit à la mutuelle de rembourser au delà d'un plafond qu'elle a défini.
C'est nouveau, çà vient de sortir!

7.Posté par Christiane Chavane le 11/01/2017 10:42
@phil 75 : j'ai lu le contrat complet et je peux vous dire qu'il est intéressant. Si les salariés espagnols sont toujours à Insalud c'est simplement que les entreprises cotisent à la SS locale et ne vont pas chercher ailleurs; du reste, si la SS locale rembourse assez mal l'optique et le dentaire, les frais hospitaliers sont bien couverts pour un tarif qui n'a rien à voir avec le tarif français. C'est différent du système anglais car les médecins anglais étaient fonctionnaires, les médecins espagnols sont libéraux comme chez nous. Il y a comme chez nous un "médecin référent". Justement les mutuelles privées vous envoient chez des médecins qui ont passé contrat avec eux. C'est là où ça manque de souplesse. A noter qu'il existe des mutuelles spécifiques pour l'optique et le dentaire. Pour répondre a votre autre question cette offre de mutuelle est faite à tous les résidents espagnols, étant non résidente ça ne m'intéresse pas puisque je suis couverte en France. Cela dit je passe beaucoup de temps là-bas et j'y résiderai probablement tôt ou tard, donc je commence à connaître le système.

Nouveau commentaire :

Editos | Les Dernières Nouvelles de Delanopolis | Brèves de trottoir | Ségo Bashing | PariBao - le Dazibao de Paris | Delanopolis hors les murs | Delanopolis Street Art | Gastropolis | Le Delanopolis littéraire | Jouez au Delanopolis | Chroniques Jupitériennes